La collection romane témoigne de la reconstruction de l’église traditionnellement attribuée à la comtesse Ide de Boulogne vers 1100, même si certains chapiteaux conservés semblent relever d’une période légèrement plus ancienne.

 Parmi les pièces remarquables, figurent deux chapiteaux, l’un sculpté d’un lion, l’autre d’un griffon, et une cuve baptismale provenant des collections du musée.

Le chapiteau aux lions

 

 (Le chapiteau aux lions, 11e siècle)

Ce chapiteau dont une seule face subsiste est doté d’une iconographie entièrement vouée à la figure emblématique du lion, animal omniprésent du bestiaire médiéval.

Le traitement graphique de la sculpture plaide en faveur d’une datation haute (fin 11e siècle) ; il provient, avec d’autres, de la nef de première église Notre-Dame, dont la destruction en 1798 explique le caractère fragmentaire de l’œuvre et sa fracture en deux morceaux que la restauration a permis de rassembler.

Cuve baptismale

 

(Cuve baptismale, 12e siècle)


Les fonts baptismaux dits de Wierre-Effroy sont datables de la première moitié du 12e siècle. La frise sculptée sur la cuve associe un bestiaire fantastique et des personnages, aux têtes désormais mutilées, dans une scène pouvant être interprétée comme « une évocation de la lutte entre l’esprit malin et l’homme, sûr de triompher avec l’aide du Christ ».
Selon Camille Enlart cette cuve appartenait à Notre-Dame et fut cédée à la modeste église de Wierre-Effroy après avoir été endommagée par les Réformés lors du saccage de l’édifice boulonnais en 1567.

Nous contacter